Transeformind

A travers une émotion, rétablir le dialogue avec ce qui nous anime et retrouver le sens de ce que l'on vit

Transeformind

Besoin de performer ? Faites la sieste !

Uncategorized

Le sommeil : chacun sait qu’il est essentiel au bien-être global de notre corps, autant physique qu’émotionnel, n’est-ce pas ?

Si les avantages d’une bonne nuit ne sont plus à démontrer (surtout si vous savez comme c’est terrible d’en manquer), découvrons ensemble les deux avantages majeurs de la sieste de l’après-midi grâce aux travaux de médiation scientifique de Dr Sarah McKay. C’est passionnant d’efficacité et de simplicité pour booster la santé cérébrale – et neurologique même, car si elle a commencé à mettre en lumière les mérites de la sieste, elle s’intéresse aussi aux interactions neurologiques entre le cerveau et l’estomac.

Avant de reprendre ses arguments pour entrer dans le vif du sujet, petite précision : lorsque je parle de sieste, je ne parle pas d’auto hypnose ; ce qui veut dire qu’il n’y aura pas besoin de casque sur les oreilles ou sur les yeux !

Alors que dit Dr Sarah McKay ?

Elle commence en citant le professeur Leon Lack, scientifique du sommeil à l’Université Flinders d’Adélaïde : « Une courte sieste peut non seulement réduire la somnolence, mais aussi améliorer le fonctionnement cognitif et la performance psychomotrice. Quelques minutes de sommeil augmentent également considérablement la mémoire et l’humeur à court terme.« 

Il faut savoir que sommeil est divisé en deux phases majeures de l’activité cérébrale, définies selon l’intensité des mouvements oculaires derrière les paupières closes :

–  le mouvement oculaire rapide (en anglais REM), qui correspond au sommeil paradoxal. Lorsque vous faites un cycle de sommeil paradoxal, votre corps devient immobile et vos yeux se déplacent rapidement. Votre tension artérielle, votre fréquence cardiaque et votre rythme respiratoire augmentent et le flux sanguin vers le cerveau augmente ; parfois aussi dans d’autres parties de l’anatomie. L’activité cérébrale augmente et vous rêvez.

  –  le mouvement oculaire lent (en anglais NREM), qui correspond au sommeil lent. Lorsque vous êtes en sommeil lent, votre corps est capable de bouger, mais pas vos yeux ; votre respiration et votre fréquence cardiaque ralentissent et votre tension artérielle diminue. Le flux sanguin vers le cerveau diminue et les électroencéphalogrammes (EEG – enregistrements de l’activité cérébrale) montrent un ralentissement de cette activité.

Lorsque vous vous endormez, vous ressentez un sommeil lent et, 60 à 90 minutes plus tard, le sommeil paradoxal survient. Au cours d’une nuit normale, un adulte en bonne santé ressent 4 à 6 cycles consécutifs de paradoxal et lent.

Les neurosciences ont montré que le sommeil lent est essentiel pour l’apprentissage et la mémoire.

Comment les neuroscientifiques ont-ils recueillis ces preuves ? Avec une expérimentation simple montrant que les rats ont besoin de sommeil lent pour apprendre. Ils ont observé les schémas d’activité électrique enregistrés à partir des cellules cérébrales de l’hippocampe  (structure cérébrale impliquée dans l’apprentissage et la mémoire). Les schémas enregistrés lorsque les rats explorent un labyrinthe pour la première fois se répètent dans l’hippocampe pendant le sommeil post-apprentissage. Est-ce à dire que les souvenirs du labyrinthe se consolident pendant le sommeil lent ? Les scientifiques le pensent, d’autant plus que si l’on prive des rats privés de sommeil après l’apprentissage, ils ont ensuite plus de mal à trouver leur chemin à travers le labyrinthe que les rats qui ont dormi.

Cette expérience a été répétée chez l’homme. Des personnes ont été invités à passer une journée au laboratoire avec le professeur Robert Stickgold, spécialiste du sommeil à Harvard. En fin de matinée, ils ont été entraînés à trouver leur chemin dans un labyrinthe virtuel ; puis immédiatement après, ils ont été invités à faire la sieste. Les neuroscientifiques surveillaient leurs ondes cérébrales via l’EEG et ils réveillaient les personnes qui commençaient à tomber dans le sommeil paradoxal. Un deuxième groupe témoin a subit le même entrainement – mais n’a pas fait de sieste. Ensuite, les deux groupes ont été de nouveau entrainés à parcourir la carte virtuelle. Résultat : Les personnes qui ont fait la sieste ont beaucoup mieux réussi à trouver leur chemin dans le labyrinthe que celles qui ne l’avaient pas fait. Conclusion : « Le sommeil améliore les souvenirs. Cela les rend plus forts et plus efficaces.« 

Pour tirer le meilleur parti de la sieste de l’après-midi il est essentiel qu’elle reste courte : 19 / 20 min au maximum pour ne pas sombrer en sommeil profond, ni se sentir groggy au réveil. Quand vous sentez venir de coup de barre de l’après-midi, arrêtez de courir à la machine à café, cédez à la sieste ! Ainsi, vous boosterez votre mémoire, votre humeur et votre efficacité.

Pour les plus nerveux d’entre nous, qui ont du mal avec l’idée de se relâcher en plein milieu de la journée ou pour inviter tout le monde à utiliser la salle de sieste qui reste désespérément vide depuis des semaines, on peut s’aider de la réflexologie crânienne, par exemple avec 20 min de Bars d’Access Consciousness®.  Il arrive à de nombreuses personnes de s’endormir rapidement après le début de la séance et de s’éveiller quelques minutes plus tard après une courte phase de sommeil lent à la fois tonique, calme, les idées claires et régénérées. Des Bars® d’énergie !

2 Comments on “Besoin de performer ? Faites la sieste !”

  1. En effet je pratique la sieste sous les conseils de mes parents (qui sont d’origine Espagnole)
    et je remarque la même forme qu’au petit matin à mon réveil, c’est comme redémarrer une nouvelle journée je suis parfois impressionnée tant je repars au taquet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *